Question :

« Que pensez-vous du CBD (cannabidiol) (le cannabis thérapeutique) en cas de douleurs inflammatoires persistantes non soulagées par les différents antalgiques, notamment les opioïdes ? »

Réponse du rhumatologue :

Le cannabis thérapeutique sous forme de médicament contient plusieurs composés, dont le cannabidiol. Il agit sur des récepteurs présents d’une part dans le système nerveux impliqué dans la douleur, la mémorisation, le plaisir, le sommeil, et d’autre part au niveau du système immunitaire, ce qui pourrait avoir un effet anti-inflammatoire.

En France, ces médicaments sont disponibles uniquement sous certaines conditions. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le dronabinol pharmaceutique nécessite une Autorisation temporaire d’utilisation (ATU) nominative pour les douleurs neuropathiques en échec des traitements classiques. La combinaison THC/CBD (delta-9- tétrahydrocannabinol /cannabidiol) bénéficie d’une Autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le cadre d’une initiation par des médecins spécifiquement formés et exerçant dans des centres de référence pour les indications suivantes : douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies accessibles, certaines formes résistantes d’épilepsie, certains symptômes rebelles en oncologie (nausées, vomissements, anorexie…), dans les situations palliatives, dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques ou des autres pathologies du système nerveux central.

Cependant dans les études sur la douleur, son efficacité est discutée : dans une revue de 2018, l’efficacité du cannabis dans les douleurs ostéoarticulaires chroniques est limitée et s’avère plus concentrée sur l’anxiété et les troubles du sommeil. Cette efficacité toute relative est à mettre en balance avec des effets secondaires aigus (effets proches de ceux décrits dans l’alcool) ou chroniques (manque de motivation, fatigue, altération de la mémoire, du raisonnement et de la compréhension, troubles psychiatriques). Actuellement, le cannabis thérapeutique n’est pas utilisé en pratique courante en rhumatologie. Une étude française débutera au printemps 2021 dans les douleurs neuropathiques (fourmillements, picotements…) et ne concerne donc pas les maladies articulaires.

Lien utile : Brochure : Rhumatismes inflammatoires chroniques – agir face aux douleurs

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez chaque mois gratuitement notre newsletter !

En appuyant sur "Je m'inscris" vous acceptez que vos coordonnées fassent l'objet d'un traitement informatique à l'usage exclusif de l'Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques, afin que l'association puisse vous envoyer votre newsletter.

Vous venez de vous inscrire à notre newsletter ! Merci !