Réponse de la juriste :

Depuis la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, le consentement du malade aux soins qui lui sont prodigués est inscrit dans le Code de la Santé publique. Donc, dès lors que vous êtes majeur et n’êtes pas sous une mesure de curatelle ou de tutelle, le médecin doit respecter votre décision, après vous avoir donné toute l’information nécessaire sur le traitement envisagé.

 L’expérience de Samia :

Au bout de 5 ans de polyarthrite, je supportai de moins en moins mon traitement, les poussées se sont mises à revenir et mon rhumatologue a commencé à me parler de biomédicaments, de leur avancée spectaculaire, de leur efficacité… Je suis allée sur Internet pour en savoir plus, et là j’ai lu beaucoup de choses sur leur “danger”, les précautions à prendre, leurs contraintes et cela m’a énormément inquiété. A ce moment là, il y a eu un vrai dialogue entre le rhumatologue et moi. Je lui ai parlé de mes craintes et de mes réticences. Il m’a expliqué le suivi qui serait mis en place pour surveiller les effets du traitement, mais surtout, il m’a laissé le temps de réfléchir et de faire mon choix.

Lien utile : Les fiches pratiques de France Assos Santé : Le consentement aux soins


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*