Le traitement de la pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR)

13/01/22 | Comprendre les traitements, J'ai un proche atteint d'un RIC

Question

“Ma mère a 82 ans et est atteinte de pseudo-polyarthrite rhizomélique. Elle ne supporte plus la cortisone, existe-t-il d’autres traitements pour cette maladie ?

Réponse du rhumatologue :

Les corticoïdes sont le principal traitement de la PPR. La dose de cortisone doit être diminuée progressivement sur environ 18 mois. Lorsque la maladie est difficile à contrôler lors de la baisse de la cortisone ou lorsqu’il existe des complications de la corticothérapie au long cours, les rhumatologues peuvent discuter d’y associer des traitements de fond habituellement utilisés dans la polyarthrite rhumatoïde.

Voir notre fiche Entr’Aide : la pseudo-polyarthrite rhizomélique

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je vous contact par mail pour vous donner le contact d’une de nos bénévole patiente-experte qui pourra vous aider.

  2. bonjour je ne comprends pas bien. Soigné pour une maladie de horton, le tep scan révèle qu il n y a plus de horton mais des zones inflammatoires de pseudo poly arthrite épaules hanches genoux lombaires. J ai commencé à 40mg, et j’étais arrivé à 2mg. Soigne t on réellement ces maladies ? J ai fait savoir à ma rhumatologue que je trouve dommage que l on ne propose pas un traitement de fin de vie que de vivre ce que j ai pu vivre depuis 18 mois. Sort on réellement de ces maladies ou est ce un leurre ?
    Je passe sur les effets secondaires de la cortisone
    L imeth provoque des vertiges… (chutes) Je n en peux plus ! y a t’il des médecines alternatives ?
    alban de TOURS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez chaque mois gratuitement notre newsletter !

En appuyant sur "Je m'inscris" vous acceptez que vos coordonnées fassent l'objet d'un traitement informatique à l'usage exclusif de l'Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques, afin que l'association puisse vous envoyer votre newsletter.

Vous venez de vous inscrire à notre newsletter ! Merci !